Le Syndrome du Canal Carpien

 

    Le syndrome du canal carpien est dû à la compression du nerf médian au poignet lors de son passage dans le canal carpien. Ce nerf a une fonction sensitive par innervation du pouce, de l’index et du médius et seule une moitié de la pulpe de l’annulaire. Il a aussi une fonction motrice concernant les muscles de la paume de la main. Le canal carpien est une gouttière osseuse formée par les petits os du poignet. Cette gouttière étroite n'est pas extensible. Elle est fermée par un ligament solide, le ligament annulaire du carpe.

Ce syndrome est une pathologie très fréquente. Son incidence est environ trois fois plus élevée chez la femme que chez l'homme. Dans environ 70% des cas, il est bilatéral avec une atteinte préférentielle de la main dominante.


Le diagnostic

Au début le syndrome du canal carpien se manifeste par des fourmillements, la sensation d'engourdissement ou le gonflement de la main en particulier au niveau des trois premiers doigts et en partie du quatrième notamment le matin et/ou pendant la nuit. Ensuite la douleur irradie à l'avant-bras. Si la pathologie s'aggrave, elle s'accompagne d'une perte de sensibilité des doigts, d'une perte de force de la main et d'une atrophie musculaire.

Le diagnostic repose sur un examen complémentaire l'électromyographie (EMG) qui détermine l'activité électrique du nerf, apporte avec certitude le niveau de la compression (au canal carpien et pas ailleurs) et nous renseigne sur l’importance de l’atteinte et donc le potentiel de récupération après chirurgie.


Le traitement

Votre médecin traitant ou un rhumatologue peut réaliser une infiltration d'un corticoïde dans le canal carpien. Les comprimés d'anti-inflammatoires peuvent atténuer les symptômes mais ils n’ont aucun effet sur la guérison. L'inconvénient du traitement médical est la fréquence importante des récidives.

Le traitement chirurgical ambulatoire consiste à sectionner le ligament qui ferme le canal carpien à l'avant du poignet et réaliser une neurolyse, c’est à dire à libérer le nerf médian de ses contraintes constrictives. Il vise à guérir définitivement le patient. Deux techniques existent:

•La technique classique utilise une mini-incision de la peau et du ligament dans la paume de la main de l’ordre de 1,5cm.

•La technique arthroscopique utilise une très petite incision de la peau au poignet par laquelle l'opérateur glisse un arthroscope et une gouttière de guidage. Il se place sous le ligament et l'incise par sa face profonde. Les résultats des 2 méthodes sont identiques à moyen terme. Les suites immédiates de l'arthroscopie sont identiques que celles de la chirurgie classique mais  le risque de complications est un peu plus important par arthroscopie. C’est pourquoi la technique classique garde notre préférence.

D'autre part, le chirurgien peut être amené à réaliser une intervention classique si par arthroscopie il se retrouve face à une difficulté inattendue.


Les avantages du traitement

•Disparition des symptômes très rapidement

•Intervention en ambulatoire (sortie le jour même de l'hôpital)

•Anesthésie générale ou régionale

•Reprise du travail entre le 15ème et le 30ème jour en fonction du type d'activité

•Utilisation de la main pour des gestes simples dès le 1er ou 2ème jour


Les complications du traitement

-Infections et hématomes sont rares

-Lésion du nerf ou d'une branche nerveuse

-Douleurs résiduelles pouvant durer quelques semaines (douleurs de réafférenciation)

-Baisse de la force musculaire pendant 2 à 3 mois (temporaire)

-Récidive rare mais possible

  1. -Échec du traitement du fait d’une atteinte trop sévère ou d’une intervention trop tardive (le patient a tardé à consulter).

-Complications d’ordre anesthésique (voir avec l’anesthésiste).










































                                           




                                                docteur.os@orange.fr